J’ai vu le Gange et l’Amazone
 
 
J’ai vu le Gange
L’ Amazone,
Le Yang Tsé
Le Mississippi
 
Des fleuves bleus
Des fleuves jaunes
Mais la plupart
Étaient en gris
 
Fleuves majestueux
 Et calmes
Ou douloureux
Comme la vie
 
Jeunes rivières
Folles et sauvages
Ou fleuves anciens
Pleins d’esprit
 
J’ai vu des fleuves
Au bout du monde,
Traîné un peu
Partout  ma vie
 
Suis revenu
Près de ma blonde
Dormir dans le creux
De son lit  
 
J’ai vu des fleuves
Innombrables
Certains modestes
Et sans renom
 
D’autres prétendus
Indomptables
Mais qu’on avait
Mis en prison
 
Traîne sur son dos
La Seine
Paris qui dort
Dans son berceau
 
Les ponts s’allument
En ribambelle
S’en vont nos rêves
Au fil de l’eau
 
Le vent joue sur
La passerelle
Au-dessus
Des quais, des maisons
 
En bas passe une
Demoiselle
Sur ses lèvres
Une chanson
 
En bas passe une
demoiselle
l’amour l’appelle
il a raison
 
Mes pensées
S’en vont avec elle
Vers l’avenir
L’ horizon…
 
 
Pierre Delorme